Dégradation de la voirie à Koumassi (Côte d'Ivoire) , la faute à l’incivisme des populations

Version 1

    En Conférence de presse de fin de conseil des ministres ce mercredi 21 juin, Bruno Koné, porte-parole du gouvernement a fait savoir que la  faute est à l’incivisme des populations dans la dégradation de la voirie et les problèmes de l’écoulement des eaux usées et de ruissellement dans la commune de Koumassi.

    « Est-ce que vous savez par exemple pourquoi les travaux à Koumassi ne démarrent pas ? Tout le monde est convaincu aujourd’hui qu’il faut réhabiliter les rues à Koumassi. Tout le monde est convaincu qu’il y a de réels problèmes au niveau voirie, écoulement des eaux usées et de ruissellement. Mais, faire ces travaux aujourd’hui, est pratiquement vain. Si nous faisons ces travaux aujourd’hui, dans 6 mois, vous viendrez dire que vous avez fait du mauvais travail. Tout simplement parce que le vrai problème c’est d’arriver à évacuer toutes les eaux qui s’écoulent de partout. Ces eaux n’évacuent pas pourquoi ? La raison est simple. Vous voyez le pont d’Anoumabo. Toutes ces eaux qui sont collectées au niveau de Koumassi doivent arriver là. Il se trouve que cette zone-là est bouchée par des tonnes et des milliers de tonnes  de déchets solides. On dit même que là-bas vous trouvez l’équivalent de six mois de production de déchets par toute la ville d’Abidjan. Evidemment donc, les eaux bloquent là. Et toutes les zones qui viennent de Koumassi bloquent là et retournent. Tout travail donc que vous allez faire aujourd’hui à Koumassi est malheureusement voué à l’échec. Dans six mois, l’eau rentrera sur la chaussée, et évidemment la chaussée partira », a confié le ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste.

    Pour lui, la population est la principale fautive dans cette situation que vit cette commune également dans d’autres quartiers d’Abidjan. « On accuse le gouvernement de ceci ou de cela. Mais, si nous-mêmes on contribue à boucher les caniveaux, si nous-mêmes on continue à jeter des déchets solides dans les caniveaux, on obstrue les voies que naturellement l’eau aurait dû prendre ; l’eau elle, prend toutes les autres voies qui s’offrent à elle. Et quand il faut passer sur la chaussée, elle passe sur la chaussée. Et c’est ce qui arrive malheureusement un peu partout. Donc il y a d’abord un gros travail de civisme à faire. Le gouvernement fera sa part, mais dans l’exemple que j’ai pris il n’est pas normal de trouver là cette quantité de déchets solides », soutient-il.

    Bruno Koné indexe aussi une autre cause dans la dégradation de la voirie constatée après les pluies diluviennes. « La qualité des travaux » est en cause dit-il. Mais, il rappelle que des mesures ont été prises par le gouvernement pour faire face.

    « Si vous vous souvenez, il y a un mois ou deux nous avons pris une mesure qui était inédite. Celle, désormais de sanctionner toutes les entreprises qui réalisent ces travaux quand ils ne sont pas conformes au cahier des charges et spécifications techniques qui ont été arrêtées avec le gouvernement ivoirien. Cela n’avait jamais été fait. C’est une mesure qui désormais est prise. Des contrôles seront faits régulièrement sur tous les travaux et les entreprises qui sont concernées par cette mauvaise qualité seront sanctionnées. Il y a d’abord des sanctions qui sont prévues par le code des marchés publics. On peut aller jusqu’à l’interdiction d’octroyer à ces entreprises là des marchés en Côte d’Ivoire. Cela n’avait jamais été fait, nous le faisons désormais. Et évidemment les contrôles seront renforcés. Sur certains travaux, il a été relevé que le contrôle n’a pas été correctement fait. La mesure qui avait été prise sanctionne également d’ailleurs les entreprises qui font ces contrôles-là. Donc il y a les entreprises qui réalisent les travaux, mais il y a aussi la possibilité de sanctionner ces entreprises qui font ces contrôles. Et quand les entreprises de contrôle sont dirigées par des fonctionnaires, nous avons dit que nous pouvons aller jusqu’à la sanction de ces fonctionnaires », a dit Bruno Koné. Non sans indiquer que le bilan actuel des décès enregistrés depuis le début des fortes pluies est de 15 morts et 25 blessés.

    Dégradation de la voirie à Koumassi – Bruno Koné, la faute à l’incivisme des populations - Pole Afrique.info | Indépenda…

    Kouamé Serge KOUAKOUYao Guy Pacôme AdingraPatrick Morel KouadioOdile DAHOKouamé Serge KOUAKOUDavid Aurelie KOUASSIKouamé Sylvestre KOUASSImarie-pascale bayeKouakou Camille GOLIKouassi Jacques Florentin KouaméKouakou noel KouamePASCAL N'ZUE