Du poids -ou plutôt de la légèreté -  du secteur informel...

Version 1

    Un article paru récemment dans Le Journal du Mali, " Transport : Le règne de l’informel" fait état du manque à gagner pour les états et pour le PIB national créé par l'informalité de certains secteurs d'activité.

     

     

    image173408-592x296-e1496333035211-780x440.jpg

     

    "Ces dernières années, le transport informel a connu une explosion faisant du formel, le maillon faible de la chaîne. Au Mali, le secteur du transport représente moins de 5 % du PIB national, alors que la part de ce même secteur dans le PIB est soit égal soit supérieur à 13 % dans les pays européens et de 16 % en Chine. Un chiffre qui témoigne du fait que le Mali souffre d’un déficit logistique, doublé d’une concurrence déloyale en pleine expansion sur l’ensemble du territoire national."

     

    Le secteur informel, qui est bien sûr source d'emploi pour de très nombreuses personnes sur le Continent, a ses avantages et ses inconvénients...

     

    Est-ce qu'une formalisation de ces secteurs, et notamment celui de la logistique est souhaitable dans les pays d'Afrique? Ou est-ce que d'autres systèmes, qui pourraient structurer ces secteurs selon des logiques plus "à l'Africaine" pourraient être envisagée? Souhaitables? Plus éfficaces?

     

    Pour lire l'article:Transport : Le règne de l'informel - Journal du Mali