Le Maroc, la jonction entre l'Union européenne et l'Afrique subsaharienne

Version 1

    Le royaume du Maroc a déjà manifesté sa volonté d'adhérer à la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). En adhérant, le Maroc espère constituer la « jonction » parfaite entre l’Afrique de l’ouest et l’Union européenne. Le secrétaire d’Etat marocain en charge des Transports, Mohamed Najib Boulif, a défendu cette thèse à Abidjan en marge de l’ouverture du Forum international et Salon africain des transports et des infrastructures économiques.

     

    Le Maroc est à 14 km de l’Union européenne et en adhérant à la CEDEAO, le royaume rapproche toute la zone d’un marché européen de 1,2 milliard de consommateurs, a-t-il  laissé entendre. Et cela sera d’autant plus intéressant que le royaume chérifien jouit « d’un accord de libre-échange avec l’UE qui va profiter à la zone ».

    Les coûts de transport et de la logistique sur le continent sont 2,5% plus élevés que la moyenne mondiale, a rappelé Najib Boulif.

     

    Des questions subsistent sur cette démarche surtout quand on s'intéresse à la dimension logistique;

    quels sera les enjeux de cette adhésion pour la réduction des coûts de frets entre le Maroc et les pays membres de la CEDEAO?

    Comment la le Maroc peut contribuer à améliorer la fluidité des personnes et des biens entre l'UE et la CEDEAO?

    Cette adhésion permettra t-elle aux états membres de benéficier de transfert de compétence entre le Maroc et ces états?

     

    laurence Ullmann, Sanata DIABATE, Ibrahim Diawara