Le Lumumba Lab, l'imprimante des innovations en République Démocratique du Congo (RDC).

Version 5

    Agent du changement, Filip Kabeya connu sur les réseaux sociaux sous le pseudo de "Keyser", se décrit lui même comme un griot 3.0.

    En plus d'être blogueur et activiste pour la cause du numérique en RDC, il aspire comme plusieurs jeunes Africains à une Afrique meilleure dans laquelle les jeunes Africains écrivent leur propre histoire. C'est ce qu'il fait si bien aux travers de deux hashtags qui sont beaucoup suivis : #NeViensSurtoutPasEnRDC et  #photopassion

     

    Aujourd'hui, il nous fait l'honneur de répondre à nos questions.

     

    Filip Bakeya.jpg

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Pouvez-vous vous présenter ?

     

    Filip KABEYA : Je suis Filip KABEYA et j'ai plus de 15 ans d'expérience en TIC.

    En 2013, je fonde le Lumumba Lab (LLab) un espace de reflexion et d'innovation par les nouvelles technologies visant à former les jeunes au numérique tout en mettant l’accent sur la réduction de la fracture numérique entre les femmes et les hommes de la République Démocratique du Congo en encourageant la jeune fille à s’intéresser aux NTIC.

    Dans le souci de contribuer à la construction d'un écosystème tech fort en RDC, j'ai en 2014, lancé le Café Numérique Kinshasa qui est une conférence bimensuelle sur l'innovation par le numérique. Cet évènement s'adresse aux professionnels comme aux curieux qui veulent en savoir un peu plus sur l'avenir du numérique en RDC.

    En 2015, il initie Les Laboureurs du Code, un groupe de bénévoles qui dispensent gratuitement des cours de code et d'initiation à la culture numérique aux plus jeunes.

    En Septembre 2016, l’infatigable Filip KABEYA ouvre en plein centre ville de Kinshasa un espace de travail "Coworking" nommé "Kazi Space".

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Pouvez-vous nous en dire plus sur Lumumba Lab ?

     

    Filip KABEYA : Le Lumumba Lab (LLab) est un espace participatif où le maître mot est la co-création. Ce tiers lieu, au coeur de l'Afrique, se veut être un catalyseur d'innovation résolvant des problèmes au quotidien.

    Comme notre slogan le dit : « le LLab est l’imprimante des innovations Numériques en RDC ».

    Vous savez, quand vous imaginez une innovation, c'est un peu comme si vous étiez sur un logiciel de traitement d'image. L'impression permet à d'autres personnes de visualiser l'image en question et c'est là que le Lumumba Lab intervient.

    Nous voulons être le lieu qui rend les choses possibles.

    Couverture Lumumba Lab.png

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Pourquoi avoir choisis le comme nom « Lumumba » ?

     

    Filip KABEYA : Dans un de ses derniers mots, il y a la fameuse “Lettre à pauline”, lettre dans laquelle Lumumba dis à Pauline qu’un jour l’Afrique va écrire sa propre histoire. Et cette lettre nous a inspiré car au LLab, nous écrivons notre propre histoire du numérique.

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Quels sont les obstacles que vous rencontrés ?

     

    Filip KABEYA : Les obstacles sont multiples: les coupures intempestives d’électricité, le manque de soutient des acteurs financiers mais comme on le dit : ça va aller.

    Nous évangélisons les populations au numérique et nous sommes heureux de voir que la sauce commence à prendre.

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Parlez-nous des activités de LLab ?

    activité Lumumba Lab.jpg

    Filip KABEYA : Le LLab en plus de son lieu (un espace d’innovation), organise beaucoup d’événements pour animer la communauté tels que : Café Numérique Kinshasa, Geek Night, Les Laboureurs du Code, Hackin pour ne citer que ceux-ci.

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Pourquoi avoir initié le #Hackin ?

     

    Filip KABEYA : Le HacKin pour nous est une manière d’évangéliser par l’action.

    Il est grand temps que le Kinois (Habitant de Kinshasa) vive l’innovation au quotidien. Nous avons donc pensé à ce concours avec les développeurs qui aura pour objectif de proposer des solutions aux problèmes que vivent quotidiennement nos populations.

    HackIN.jpg

    Vous trouverez plus d'informations sur l’événement HacKin - Home | Facebook

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Comment voyez-vous la RDC en 2050?

     

    Filip KABEYA : Pour 2050, je rêve de villes qui ont améliorés leurs services grâce au numérique.

    Les villes africaines seront de plus en plus peuplées.

    Il faudrait donc que nos villes, Kinshasa en particulier soit intelligente c'est à dire avoir une administration numérisée, facilitant ainsi l'accès à l'information et aux archives.

    Si nous prenons le cas de la mobilité dans le transport, le numérique facilitera plus les choses en permettant par exemple de réserver un taxi, d'avoir les horaires de bus ou effectuer des paiements.

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Et à quel moyen de transport pensez-vous en particulier ?

     

    Filip KABEYA : Selon moi, en 2050, nous devons penser à utiliser le fleuve pour certains déplacements. Avoir une ou quelques lignes de tramways mais les voitures ne voleront pas encore en Afrique (lol).

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Mais nous aurons quand même des aéroports pour drone ?

     

    Filip KABEYA : Oui les drones mais pour quel but ?

    Nous devons trouver des usages réels et qui changent vraiment nos habitudes.

     

    Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) : Quels conseils avez-vous pour la jeunesse africaine qui aimerait entreprendre ?

     

    Filip KABEYA : Le seul conseil que je peux donner à la jeunesse Africaine, c’est de voir en chaque obstacle des opportunités.

     

    Nous vous invitons à rejoindre la Communauté OMA en vous inscrivant sur notre plateforme afin de ne rien rater sur cette Afrique qui bouge:

     

    https://community.michelinchallengebibendum.com/create-account.jspa

     

    Contacts de Lumumba Lab:

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer