Tramway de Casablanca: une solution plutôt efficace contre les embouteillages et les retards. La côte d'ivoire devrait peut-être y penser ! 

Version 1

    La première ligne du Tramway de Casablanca est opérationnelle depuis le 12 Décembre 2012. D’une longueur de 31 km, la ligne T1 Casa Tramway part ainsi de la périphérie de la ville, pour traverser de nombreux points névralgiques : les gares de Casa Voyageur (future gare du TGV) et de l’Oasis, le centre-ville, les quartiers d’affaires, les quartiers commerçants, les universités et les zones de loisirs et plages.

    Pour la première fois, les Casablancais bénéficient d’un mode de transport en commun en site propre,  rapide et sécurisé, destiné à faciliter leurs déplacements à travers la ville. Cette première ligne permet en effet de traverser Casablanca d’Est en Ouest, à une vitesse moyenne de 19 km/heure. Un déplacement du terminal de Sidi Moumen à celui de Ain Diab ou du quartier des facultés, dure ainsi environ 60 minutes, avec une fréquence de passage aux heures de pointe de 5 minutes sur la ligne principale et de 10 minutes sur les branches.

    Le projet en quelques chiffres

    • 170 000 m3 de béton coulé
    • 700 Km de réseaux déviés,
    • 2 000 tonnes d’acier
    • 688 commissions de circulation tenues pour l’organisation de la circulation
    • 8 800 soudures
    • 82 marchés lancés
    • 91 entreprises impliquées directement dans le projet, dont 61 entreprises marocaines
    • 32 km de chaussée refaits
    • 220 000 m² de trottoirs réhabilités.
    • 4000 arbres plantés
    • 2 000 réverbères installés
    • 10 hectares de zones piétonnes créées
    • 90 hectares réaménagés de façade à façade.
    • tram2_bis.jpgAli CoulibalySangboliéwa Lanzeny OUATTARAYoussouf MeiteMINTA KONEABIBA DIARRASSOUBA

    La mobilité pour tous : sécurité et commodité d’utilisation

    Le droit à la mobilité doit aussi s’accompagner d’un droit à la sécurité pour tous les voyageurs et en ce sens des efforts particuliers ont été apportés sous forme de vidéosurveillances et d’un renforcement de la présence de contrôleurs, de superviseurs et d’agents de polices, sur toute la ligne :

    • 26 contrôleurs
    • 140 superviseurs
    • 210 agents de surveillance en station et dans les rams
    • 200 agents de police dans les rames et aux alentours des stations