Casablanca à l'image des métropoles africaines, un grave problème de mobilité

Version 1

    A Casablanca les problèmes du transport atteignent un seuil critique. Le parc automobile a considérablement augmenté depuis les années 60 posant de gros problèmes de circulation a laquelle l'agencement des artères n'est pas particulièrement adapte. Casablanca concentre elle seule plus de  46% du parc automobile du Maroc. Les problèmes d'engorgement du centre sont très importants. Au  voisinage de la place Mohamed V et de la Préfecture le taux d'occupation est de 82%, voire de 135%  parfois. Les encombrements de la circulation gênent beaucoup les transports en commun. D'où une très forte insécurité.

    Les moyens de transport En plus de l'automobile, les deux roues occupent 46% de la circulation ; les très collectif. S'il occupent que 2% du flux (30% des personnes transportées) ;

    Les taxis : 5% ; les poids lourds : 5% ;les charrettes : 1%. Les taxis interviennent dans le transport voyageurs tant urbain qu'interurbain pour un pourcentage  supérieur à celui des chemins de fer (O.N.C.F.) et le réseau public de cars interurbains(CTM/LN).

    laurence Ullmann Youssouf Meite Ali Coulibaly Rusticot Droh De Bloganqueaux Soho marie-pascale baye